Langue :

Suivez nous sur

flux rss

Flux RSS  

Premier Atelier National sur la revue du cadre législatif et institutionnel sur l’APA (Accès et Partage juste et équitable des Avantages liés à l’utilisation des ressources génétiques

date_parution_avis_com: 
17 Octobre 2017
image avis_com: 

Le Protocole de Nagoya sur l'Accès aux ressources génétiques et le Partage juste et équitable des Avantages (APA) découlant de leur utilisation et des connaissances traditionnelles associées a été adopté par la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique lors de sa dixième réunion le 29 octobre 2010 à Nagoya, au Japon.

92 pays ont déjà signé le protocole, dont l’Algérie, qui a été parmi les premiers pays signataires, 101 pays l’on ratifié.

Dans ce contexte, le Ministère de l’Agriculture, du développement rural et la pêche a lancé un projet APA avec des financements du  Fonds pour l’Environnement Mondial FEM et du PNUD-Alger. La Direction Générale des Forêts, point focal national du protocole de Nagoya, chargée de la mise en œuvre dudit projet, à organisée le « Premier Atelier National sur la revue du cadre législatif et institutionnel sur l’APA (Accès et Partage juste et équitable des Avantages liés à l’utilisation des ressources génétiques, qui s’est tenu à l’hôtel Mercure, Bab Ezzouar, Alger les 20 et 21 septembre 2017.

 

L’APA qui prend en charge l’un des trois piliers de la convention sur la diversité biologique, a pour objectif de mettre fin à la biopiraterie des ressources génétiques grâce à une réglementation internationale adéquate de nature à superviser les échanges et à codifier le travail de recherche scientifique et de commercialisation des procédés d’exploitation mis en place, L’APA offre également des perspectives concrètes pour la conservation et la valorisation de la diversité biologique endémique et représente un enjeu de taille pour les pays Africains et ceux du Proche Orient.

L’atelier a réuni un panel d’experts internationaux et nationaux et les représentants de 15 départements ministériels concernés, des universités et écoles, et des centres de recherches, agences nationales et représentants du secteur public et de la société civile, afin d’atteindre les objectifs suivants :

 

1-    Passer en revue le cadre législatif et institutionnel actuel et faire ressortir les lacunes en vue de la proposition d’un nouveau cadre plus adapté et susceptible de conserver et de valoriser les ressources génétiques en conformité avec le Protocole de Nagoya ;

 

2-    Lancer la préparation d’une stratégie nationale de communication, d’éducation et de sensibilisation des parties prenantes et du grand public sur l’intérêt qu’il y a lieu d’accorder aux ressources génétiques et aux connaissances traditionnelles ;

 

3-  Lancer une étude sur les connaissances, attitudes et pratiques (CAP) en vue de définir les besoins en renforcement des capacités des parties prenantes publiques et privées.

 

Radio chaine II atelier APA